Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog qu'il ne faut surtout surtout surtout pas lire - Page 10

  • Mes deux petits derniers !

    Certains paquets sont particulièrement agréables à déballer quand la Poste est passée !

    DSCN0523.JPG


  • On ne badine pas avec Anna Gavalda

     

    Billie-gavalda.jpg


    Je suis avec mes auteurs préférés comme avec mes amis : fidèle. Très fidèle. Même quand ils me déçoivent. Et Dieu ou la vie merci, j'ai été beaucoup plus déçue par mes auteurs préférés que par mes meilleures amies.

    Bref... Un nouveau Anna Gavalda, je prends ! Surtout que cette fois, c'est un vrai, pas comme l'échappée belle. Certes  j'avais été très déçue par la Consolante. Mais j'avais aussi tant et tant aimé Ensemble c'est tout.

    Le livre s'appelle Billie. J'aime pas. Pas plus que cette couverture verte criarde où gambade un ânon mignon certes, mais... Et pourtant, mes meilleures amies (on y revient !) savent comme j'aime les ânes. Un en particulier.

    Bref ! Assez parlé de moi. Les premières pages sont dérangeantes : le registre de langage vulgaire,  suffisamment pour choquer la respectable personne que je suis. Mais je continue. Parce que c'est Anna Gavalda. Et parce qu'elle n'a pas perdu une once de son talent. Très vite, dès que j'en ai l'explication, j'adore le titre de ce livre. Tout comme je m'attache à ses deux héros, ses cabossés de la vie qui vont même me donner envie de lire Alfred de Musset. Je viens de finir. Et je vous dis, sans rougir, que j'adore aussi la couverture, maintenant que je sais ce qu'elle représente.

    Alors comme le but de ce billet, ce n'est pas de vous inviter à vous réjouir pour moi de ce merveilleux moment de lecture mais de vous inviter à le vivre aussi, un petit résumé. C'est l'histoire de deux amis, des vrais, des forts, qui ont fait une chute dans un ravin. Lui est dans le coma. Elle, va passer la nuit à raconter à une étoile leur amitié, pour la convaincre de les tirer de là.

    Je sais que les critiques de ce livre ne sont pas bonnes. Je suis très heureuse de ne pas les avoir lues !


    Billie, Anna Gavalda, Le Dilettante, 15€

  • Le carnet de Grauku en mars chez Hachette !

     

    le carnet de Grauku.jpg


    J'ai déjà raconté sur ce blog comment ce texte avait commencé. Ce qu'il représentait pour moi, pendant sa rédaction, après...

    Les coeurs qu'ils avaient touchés (Narimen, je t'embrasse si fort !)

    Les portes qu'il m'a ouvertes : je n'oublie pas que c'est par ce livre que j'ai rencontré les Editions de Mortagne. Sandy, Alexandra, je vous le  répète : je suis très fière et très heureuse que ce livre soit le numéro 1 de la série Tabou. Quand j'ai pu récupérer les droits, je n'ai pas hésité une seule seconde : c'est à vous que je voulais confier de nouveau mon Grauku.

    J'ai tu les moments plus durs, comme une couverture version poche en France si moche et à côté de la plaque, qui remplaçait la toute première que j'aimais tant.

    Aujourd'hui, je suis heureuse de vous annoncer que le Carnet de Grauku va VRAIMENT sortir en France. Grâce à une éditrice qui a fait de son métier une vraie passion. Qui a été touchée par ce texte, et qui me l'a dit tout de suite, joliment, simplement. Isabel, merci. Un grand merci.

    Merci aussi à Sophie et son équipe pour cette belle nouvelle couverture. J'aime la place qu'y tient le chocolat, mais aussi ce regard si fort, et ce sourire qu'on devine ou pas, libre au lecteur de trouver dans ce visage peine ou joie.. Je n'ai moi-même pas encore répondu à cette question.

    Mon prochain billet sera plus léger, je vous le promets. Et pourtant, ce livre l'est aussi, je vous l'assure.

    Rendez-vous en mars !!!