Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog qu'il ne faut surtout surtout surtout pas lire - Page 10

  • La fée de Cassin et ses lutins

    Peu d'auteurs le savent, mais il y a, dans le collège René Cassin de Loos-en-Gohelle, une professeur documentaliste très spéciale. Je l'ai rencontrée pour la 4e fois dans son établissement jeudi dernier, et je ne sais pas encore exactement ce qu'elle est : est-ce une fée des mots ? Une magicienne des livres ? Tout ce que je sais, c'est qu'elle a des pouvoirs surnaturels...

    Comme elle est entourée de lutins très énergiques et de quelques ménestrels très motivées, il s'y passe des choses magiques.

    Jeudi dernier par exemple. J'ai passé un moment fantastique avec les élèves de 6e de madame Delporte et les élèves de CM2, futurs élèves de l'établissement. Pendant deux heures, nous avons échangé autour de mon livre "Les enquêtes d'Anatole Bristol : mystères et visages pâles". Certains diront que cette histoire est un mensonge, qu'il n'y a pas d'Indiens dans le Nord de la France. Alors comment expliquent-ils qu'un tipi se trouvait dans la salle de permanence ? Que j'y ai même vu des attrape-cauchemars ? Et qu'Anatole et ses amis soient entrés dans un jeu de l'oie ? 

    Et ce n'est même pas tout... Il y a, dans ce collège, des onomatopées accrochées au mur: Chut ! Tic Tac, et même, même...Prout. Je vous laisse deviner au-dessus de quelle porte.

    Je prends un risque en parlant de ce collège. Celui que tous les auteurs jeunesse de France s'y précipitent. Tant pis, je suis partageuse.

     

    tipi.JPG

     

     

    attrape cauchemars.JPG

     

     

    jeu de l'oie.JPG

     

  • Ecole Sainte Philomène à Hagueneau : quand mon livre prend vie

    Février 2014 : je pars pour l'Alsace. Deux jours de rencontres avec les élèves du collège et du primaire de Sainte Philomène à Hagueneau. Je me réjouis: je sais que les échanges sur mon livre Sauve qui peut, qui raconte une émission de téléréalité où les candidats sont des enfants sont toujours vivants et riches.

    Et en effet, c'est le cas. 
    Mais à Hagueneau, ils ne se sont pas contentés des mots; ils ont mis mon livre en images.

     

    panneau arrivée.JPG

    Dès le palier, le ton était donné. Embarquement immédiat !

    affiche annonce.JPG

    Des affiches rappelaient ma venue.

    DSCN0665prsenetation livres.JPG

    Pas de jaloux : tous mes livres étaient de la partie !

    DSCN0657barbie.jpg

    Barbie et ses amis ont accepté d'incarner les Zapataux de mon récit.

    barbie 2.JPG

    Même si c'était acrobatique !

    mini 1.JPG

    Les élèves avaient conçu plusieurs versions de l'île où se déroule le jeu.

    Je vous laisse admirer les détails !

    mini 2.JPG

    mini 3.JPG

     

    mini 4.JPG

    Tout un travail d'étude  a été mené sur la télé-réalité. Les enfants ont compté le nombre d'émissions diffusées uniquement cette semaine-là. Impressionnant...

    etude télérélaite.JPG

    Un élève a même réalisé un power-point pour ma venue.

    Il est plus doué que moi en informatique !

    Sophie Laroche.ppt

     

    Après cela, pas difficile d'avoir des échanges passionnés et passionnants !!!

     

    sophie 1.JPG

     

     

    sophie2.JPG

     

    sophie 3.JPG

    Un grand grand merci aux enfants et à leurs enseignants. (Même à celle qui n'a pas aimé les personnages de mon livre :) )

    Et un mot particulier pour Marie-Hélène, la fabuleuse prof documentaliste. Merci pour ton accueil  ta passion, ton implication, ta gentillesse... 

     

  • Une très bonne "Recrue"

    securedownload.jpeg

    Cher Samuel,

    Je me suis renseignée : il y a un aller-retour quotidien Montréal-Paris. Si tu te ne traînes pas, tu peux peut-être encore prendre un vol aujourd’hui. Moi, j’aimerais assez que tu te dépêches, parce qu’ici, en France, vois-tu, on a sacrément besoin de toi. On a encore beaucoup trop de haines gratuites, de préjugés, de questions sans réponses, envers les homosexuels. (Ça y est, le mot est lâché !) Alors, oui, il serait vraiment primordial que ton livre « Recrue » rentre dans nos librairies, nos bibliothèques, nos CDI. On va bien lui trouver une petite place, ne t’inquiète pas.

    Une petite place, c’est tout ce que demandent en fait tes deux héros, Maxence, qui a déjà fait son coming out mais qui découvre, en déménageant, que rien n’est jamais acquis, et Thomas qui, lui, doit faire face à une vérité qui l’effraie autant qu’elle le transcende : il est homosexuel. Des garçons qui s’aiment, d’un amour aussi doux et sincère que ta plume. J’ai été très touchée par la délicate précision avec laquelle tu dissèques leurs sentiments et leurs états d’âme. Sans jamais la moindre vulgarité, tu n’évites aucun sujet, jusqu’à la question des relations sexuelles. Mais comment font-ils donc ça !!! Moi qui me considère comme ouverte sur le sujet, j’ai beaucoup appris en lisant ton livre. Je le garde précieusement pour le faire lire à mes enfants. Et j’en parle. J’en parle beaucoup. Parce que non seulement il est important, mais il est très réussi.

    Petite précision pour les lecteurs français : ne vous arrêtez pas au titre, Recrue n’a pas au Québec le même sens que chez nous. Là-bas, c’est tout simplement le nouveau, le débutant.

     

    Recrue, Samuel Champagne,  éditions de Mortagne, distribué en France par Dilisco, demandez à votre libraire de le commander !