Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Livre

  • Vers le bleu

    couverture-vers-le-bleu.jpg

    J'étais préparée à la lecture de "Vers le Bleu", de Sabrina Bensalah.

    Depuis un mois, je suis en cure (excellente pour la santé) de la collection Exprim des éditions Sarbacane :

    Je me suis délectée de l'excellent "Les petites reines" de Clémentine Beauvais.

    Le fabuleux "Quelqu'un qu'on aime" de Séverine Vidal a eu, sur moi aussi, ce super effet "J'ai la pêche et je la garde".

    De plus, j'avais eu la chance de lire, il y a quelques années, les premiers manuscrits de Sabrina.

    Et pourtant...

     

    Lire la suite

  • Passeuse de rêve

     

    Et si... si d'étranges êtres venaient la nuit récolter des fragments de nos vies dans les objets qui nous entourent et nous les insufflaient ensuite pour créer nos rêves ? Et si ces êtres bienveillants nous aidaient à passer le quotidien, à garder l'espoir, vaincre la mélancolie ?

    Ces êtres existent, je les ai croisés dans le superbe roman de Lois Lowry : "Passeuse de rêves", publié par l'Ecole des loisirs.

    Et depuis, je dors bien mieux...

  • Mon 40 ème ornithorynque

    IMG_3945.JPG Ce weekend, j'ai fêté avec mes amis mes 40 ans. C'était une très belle soirée, ils étaient presque (Gilles, Cécile, Béné, Kiki, je vous embrasse) tous là et nous avons célébré comme il se doit l'événement : vieille trentenaire, je suis maintenant jeune quarantenaire.

    Je n'ai aucun état d'âme le jour de mon anniversaire, je ne guette pas les rides : les complexes sont ailleurs. Mais j'ai des amies qui s'en préoccupent. A elles, et à toutes celles que j'aime et qui auront 40 ans, j'offrirai désormais ce super livre de Cécile Charte : "Joyeux ornithorynque". L'histoire d'une famille qui se réveille dans l'angoisse parce qu'aujourd'hui... 4 juin... La maman qui déteste les anniversaires a 40 ans. Le papa va devoir improviser pour éviter le drame. La différence des uns fait la richesse des autres, et la famille n'oubliera pas cet anniversaire qui avait pourtant si mal commencé.

    Ce petit roman est écrit dans un style très vivant, actuel sans être racoleur. J'ai passé cette étrange journée assise auprès de Mado, la jeune narratrice, et je n'ai eu envie de me lever que pour danser. J'ai retrouvé toute la finesse et la sensibilité de Cécile (déjà appréciées dans "Poil au nez" sur lequel je ferai bientôt un billet), j'y ai perçu encore l'indéfectible optimisme de ses héros, malgré les situations difficiles.

    Alors oui, je peux l'écrire, j'aurais pu être jalouse de Cécile, tellement ses livres sont bons. Mais ce n'est pas possible, pas après l'avoir rencontrée. Quand je ferme un de ses livres, j'ai envie de retourner dans mes pages d'écriture, parce qu'elle et moi faisons le plus beau métier du monde, en attendant ses prochains textes et mes prochaines lectures.