Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog qu'il ne faut surtout surtout surtout pas lire - Page 2

  • Le salon "22 V'la le polar"

    A la mi-aout, s'est tenue sur la côte de jade la deuxième édition du salon "22, v'là le polar".

    L'occasion pour les amateurs de "la littérature noire" et des bandes dessinées polar d'échanger avec des auteurs, des illustrateurs, mais aussi des professionnels de la police, des journalistes.

    Et moi !

    Et la question se pose : qu'est-ce que je faisais là ?!?

    Lire la suite

  • La jeune fille au téléphone et ses chats

    La semaine dernière, mon père m'a envoyé cette photo qu'il venait de retrouver.

    Dans une ambiance claire obscure, une adolescente s'abandonne au plaisir du papotage téléphonique tandis que ses chats veillent sur elle.

    Gare à toi si t'approches, semble miauler le félin noir au premier rang...

    Lire la suite

  • Anatole contre la rumeur !

    Ayé, Anatole tombe le masque (O.K. elle était facile !) et retrouve les librairies ce jeudi !

    Cette fois, ses ennemis sont aussi invisibles que puissants :

    rumeur, réputation et toutes ces nuisances sonores qui attaquent directement le coeur.

    Lire la suite

  • Et un pangolin est entré dans ma vie aussi…

    20200412_121801 cerisier bien copie.jpg

    Bientôt le 11 mai et la fin du confinement. Pas la fin des problèmes, nous sommes tous d’accord là dessus ! Mais je me suis dit qu’il était temps de garder une trace écrite de cette période qui en laissera tant d’autres. (Comme ça au-moins, je sortirai la bonne version à mes futurs petits-enfants !)

    Lire la suite

  • Une fille de perdue, c'est une fille de perdue.

    Vous me voyez venir : encore un roman de la collection X'Prim de Sarbacane !

    Quand d'autres dépensent des fortunes en crème anti-rides, moi j'entretiens mon image de jeune en m'auto-proclamant grande lectrice de cette collection.

    A ceux qui pensent que c'est un genre que je me donne, je rappelle que non seulement j'ai encore mes peluches d'enfance, mais que je les appelle toujours par leur nom. Oui je suis fan de cette collection, et je sais pourquoi : ça transpire la vraie vie, l'humour et le talent.

    Avec Une fille de perdue, c'est une fille de perdue, il y avait un sacré enjeu. J'avais tout simplement adoré le premier roman de Claire Renaud, "Les quatre gars". Et en plus, j'avais rencontrée Claire depuis. Une déception aurait été terrible (je sais, je suis déjà passée par là.)

    Eh bien vous savez quoi, j'ai même pas eu peur !

    Lire la suite