Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Soulac et un camion qui des livres

1.JPG

La mer me parle. Depuis toujours je crois. Grandir à ses côtés m’a permis d’apprendre sa langue. D’avril à novembre, son discours est toujours le même : elle m’invite. Chaque fois, je l’entends et je me baigne. Peu importe la température de l’eau : fille du nord, c’est du sang de hareng qui coule dans mes veines.

Forcément, ce jeudi 2 aout, à Soulac-sur-mer, la grande bleue m’a interpellée. « J’peux pas », j’ai répondu. J’avais rendez-vous, face à sa grande étendue et à la plage qui la borde, avec le Camion qui livre et Le livre de poche. Séance de dédicace.

« Eh oui, je bosse ! » j’ai insisté. Bon OK, j’ai fait un peu ma fière sur ce coup-là : y’a pire comme travail.

J’aime rencontrer mes lecteurs, j’aime les livres de poche et les beaux camions rouges (Ça, je le reconnais, je l’ai découvert ce jour-là). Reste que, par au-moins 72 degrés à l’ombre (non, je n’ai aucune tendance à l’exagération), cinq heures de dédicaces, ça allait être loooong.

D’ailleurs, dès mon arrivée, j’ai mis les points sur les bikinis et j’ai prévenu les pétillants Jean-Pierre et Romain, et Corinne (la topissime libraire de Soulac) : je ferai des pauses techniques. Quelques minutes à peine. Hop, à la mer, à la douche et me revoilà. Avec un temps pareil, mes cheveux sécheraient tout de suite.

« Oui », ont-ils souri.

2.JPG

2bis.JPG

Cinq heures après, j’avais échangé, ri, souri, débattu, appris plein d’anecdotes sympas sur tous les auteurs que j’apprécie et qui ont eu aussi participé au camion qui livre (J’ai passé mes vacances dans les histoires de Virginie Grimaldi, je n’ai pas été étonnée d’apprendre qu’elle était aussi sympa dans la vie que dans ses livres.), j’avais signé, plaisanté avec des enfants, des parents mais force est de reconnaître que je m’étais pas baignée. Pas un orteil.

3.JPG

4.JPG

5.JPG

La mer n’est pas rancunière.

Lentement mais sûrement, tout ce temps, elle est montée.

A dix neuf-heures, nous nous sommes retrouvées, elle m’a encore une fois bercée. Ballotée par les vagues, j’ai regardé ce point rouge sur la digue promenade, ce beau camion qui livre de bons moments, et je me suis dit que j’avais passée une sacrément bonne après-midi de vacances.

mer.jpg

 

Merci à Jean-Pierre Martin et Romain Berthiot pour leur accueil sur ce camion.

Merci à Corinne Caupenne, de la librairie de Corinne, la SEULE librairie de Soulac, d'avoir aussi été de l'aventure.

Merci tout spécial à Romain pour ces superbes photos et le montage vidéo que vous pouvez retrouver sur ma page Facebook ou en copiant ce lien  : https://www.facebook.com/livredepoche/videos/2131792526862680/?hc_ref=ARQBKapiavmQK6KjPxTrWDTy90V08GVjYQKUBYUmtj-Milb4_b-QCYTW_ipxb5eDONw

Commentaires

  • Que de jolis mots et de belles photos de toi et de Sophie!
    Sûr que tu as dû passer une sacrément chouette après-midi pour n avoir pas pris la poudre d escampette pour aller te baigner!

  • Que de jolis mots et de belles photos de toi et de Sophie!
    Sûr que tu as dû passer une sacrément chouette après-midi pour n avoir pas pris la poudre d escampette pour aller te baigner!

Écrire un commentaire

Optionnel