Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mission collège !

anatole mission college.jpg

C'est le neuvième tome de la série Anatole Bristol, et on pourrait penser que c'est devenu une routine.

Sauf que "on est un con" m'a-t-on appris en école de journalisme ;)

Cette histoire est tout sauf juste un tome en plus, pour beaucoup de raisons... (Vous avez vu comme je m'essaie au teasing !?!)

 

Raison 1 :

Cette fois, l'action se passe dans un collège, qu'Anatole visite avec sa classe en vue de sa prochaine rentrée. (Bon, j'avoue que sur ce coup-là, je me suis un peu payé sa tête : voilà plus de six ans qu'Anatole est en CM2, et je n'ai pas l'intention de le faire changer de niveau l'année prochaine.)

Raison 2 :

Il commence sur une terriiiiible révélation : Anatole a peur d'entrer au collège. (Finalement, je ne suis pas si méchante que ça en le maintenant au CM2, comme quoi, il ne faut pas juger avant de savoir.)

Raison 3 : 

Des élèves m'ont aidée à identifier ces peurs d'entrer en sixième (Genre la fille, elle, elle avait peur de rien quand ça lui est arrivé !). Cette fois, deux collèges étaient de l'aventure : le collège Jean Cocteau d'Offranville et le collège René Cassin de Loos-en-Gohelle.

Dernière raison et la plus importante :

A la fin de ce tome, Anatole va partager avec une très chouette prof de français toutes ses préoccupations sur le collège. En toute liberté, il va poser des questions, et encore plus librement, elle va y répondre.

Une telle prof n'existe pas ! me rétorquera-t-on.

Mais, petit rappel : on est un con !

Stéphanie Forestier est professeur de français au collège Jean Cocteau d'Offranville. C'est elle qui, avec ses élèves, a répertorié les questions que les élèves se posent en entrant en sixième, et qui y a répondu avec toute sa disponibilité, sa sincérité, son sens de l'à-propos et sa bienveillance.

Elle s'est pliée au jeu intransigeant de l'édition, revoyant sa copie (un comble pour une prof, non ?!? ) quand c'était trop long. 

Ce livre se termine donc sur une très jolie interview entre Anatole et elle.

Stéphanie Forestier était aussi élève en Sixième 4 à Saint-Martin-lès-Boulogne. C'est là que nous nous sommes rencontrées, pour ne plus jamais nous quitter.

Une meilleure amie pour la vie, c'est cela aussi que le collège peut vous offrir. (Même si c'est inscrit sur aucun bulletin officiel, ne cherchez pas.)

 

Cette fois encore, cette histoire a été illustrée par Carine Hinder. C'est donc tout à fait inutilement que je précise que les dessins sont super !!!

 

Écrire un commentaire

Optionnel